Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 13:44
Abidjan.Vue panoramique de la commune du plateau le centre des affaires.@fortunekouassi

Abidjan.Vue panoramique de la commune du plateau le centre des affaires.@fortunekouassi

Mercredi 20 avril 2016, 00h41Mise à jour mercredi 20 avril 2016 13h14

Côte d'Ivoire :SITA 6e édition/ Abidjan, capitale du tourisme mondiale pendant 4 jours.

Le Salon International du Tourisme d'Abidjan (SITA) 6e édition, se tient du 20 au 24 Avril 2016 à Heden Golf Hôtel Abidjan. En marge du SITA, la Côte d'Ivoire abrite la 58e réunion de la Commission de l'OMT pour l'Afrique, prevue du 19 au 21 Avril 2016.

47 ministres venus de 25 pays différents plus la présence effective du Secrétaire général de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT)

L'organisation du Salon International du Tourisme d'Abidjan (SITA), s'inscrit dans une perspective de developpement, et marque une volonté prononcé de positionner la Côte d'Ivoire comme destination touristique attractive. Pour une bonne crédibilisation de la destination ivoire, SITA 6e édition, vient à point nommé parce que l'accent à été mis cette sur l'internationalisation sous régionale autour du thème : "TOURISME EN REGIONS SOURCE DE RICHESSES''.

Cela dit, en marge du SITA 2016, l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) a choisi la Côte d'Ivoire pour abriter la 58e réunion de la Commission de l'OMT pour l'Afrique. Par conséquent, le pays tout entier reçois pour la première fois le secrétaire général de l'OMT, le jordanien Mr Taleb FAYE, accompagné d'une délégation forte de 47 ministres venus de 25 pays.

Au nombre des innovations de ce SITA 6e édition, la Côte d'Ivoire est désigné pays à l'honneur, compte tenue de l'actualité qui a frappé la ville de Grand-Bassam. En revanche, la turquie est présente en tant qu'invité observateur. Le SITA c'est le chapiteau émergence d'une superficie de 2100m2 abritant des exposants professionnels venus d'un peu partout dans le monde. Plus de 300 exposants dont des institutions, des pays, sans oublier les régions, les hotels, les agences de voyage, les compagnies Aériennes, etc,...

Participer au SITA 6e édition contribue à informer les visiteurs sur toutes les offres commerciales existantes tous le long de l'année. Participer au SITA permet de faire découvrir et mettre en avant les richesses des destiantions proposées. Participer au SITA, c'est aussi se retrouver au coeur d'un grand rendez-vous unique, source d'activités pépinières et de nouvelles idées.

N'en demeure pas moins que l'objectif du SITA 2016 est d'améliorer l'image touristique tout en faisant la promotion de la destination Côte d'Ivoire via la diversité et les richesses culturelles de toutes les 12 regions ivoiriennes.

Tous les acteurs de l'industrie du tourisme national et international, les populations en Côte d'Ivoire ainsi que les populations de l'exterieur sont conviés a participer a cette rencontre qui marquera le ''comeback'' définitif de la Côte d'Ivoire sur les hautes marches du tourisme mondiale.

Par fortuné KOUASSI, journaliste-radio, web-editor, fortunekouassi@gmail.com, +225 48 966108

Published by lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com - dans SITA2016 lepetitjournalisteivoirien Côted'ivoiretourisme
commenter cet article
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 23:59
Published by lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com - dans abireggae2 lepetitjournalisteivoirien sydneysalmon
commenter cet article
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 20:33
@Armel Kouamé, SYDNEY Salmon with the IMPERIAL MAJESTIC BAND SHASHEMANE FROM ETHIOPIA

@Armel Kouamé, SYDNEY Salmon with the IMPERIAL MAJESTIC BAND SHASHEMANE FROM ETHIOPIA

Vendredi 08 avril 2016 mise à jour vendredi 08 avril 2016

Côte d’Ivoire: ABI REGGAE 2e édition / SYDNEY Salmon with the IMPERIAL MAJESTIC BAND SHASHEMANE FROM ETHIOPIA

Le festival de la musique reggae, ABI reggae 2e édition a officiellement démarré depuis le vendredi 07 avril et se poursuit les 08, 09 et 10 avril 2016 à Abidjan, au palais de la culture de Treichville. Plusieurs artistes sont venus d’un peu partout en Afrique et dans le monde pour partager l’amour de la musique reggae au côté des ivoiriens.

Eux, ils résident à Addis-Ababa, SYDNEY Salmon with the IMPERIAL MAJESTIC BAND SHASHEMANE FROM ETHIOPIA. Demain samedi 09 avril 2016 au Palais de la Culture de Treichville, venez nombreux découvrir de nouvelles vibrations avec ce groupe.

Ils se produisent demain samedi 09 avril 2016 au Palais de la Culture de Treichville. En attendant l’interview exclusive de SYDNEY Salmon with the IMPERIAL MAJESTIC BAND SHASHEMANE FROM ETHIOPIA.

Published by lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com - dans -abireggaefestival2016 -lepetitjournalisteivoirien
commenter cet article
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 16:38

Côte d'Ivoire: Tourisme/ SITA 2016/ '' Waouh ! le cri du coeur du tourisme (...) '' Dixit Jean-Marie SOMET, Directeur de Côte d'Ivoire Tourisme.


Le commissaire du SITA 2016, Jean-Marie SOMET, Directeur de Côte d'Ivoire Tourisme apporte quelques précisions sur les innovations majeures de ce salon.


'' Cette année nous apportons une couche supplémentaire surtout au forum des hebergeurs'' pour ''favoriser la rencontre des opérateurs de la qualité''. (...) ''L'innovation majeur c'est la venue du Sécretaire général de l'organistion mondial du Tourisme (OMT) en Côte d'Ivoire pour la première fois.''


''Il y a aussi un collectif d'artistes qui ont fait un DVD qui a été financé par Côte d'Ivoire Tourisme. Une facon pour nous de dire ''yako ! La Côte d'Ivoire est vivante et nous aimons Grand-Bassam'' à tous ceux qui ont été touché dans leurs âmes, dans leurs chairs.


Selon Jean-Marie SOMET, tous les droits et bénéfices de ce DVD seront reversés à la ville de Grand-Bassam et toutes les victimes de cet attentat horrible''.


La 6e édition du Salon International du Tourisme d'Abidjan se tiendra du 20 au 24 avril 2016 à Heden Golf d'Abidjan.


L'annonce a été faite par Mr Roger KACOU, Ministre du Tourisme depuis le lundi 01 mai en présence des autorités locales, au centre culturel Jean-Baptiste Mockey de Grand-Bassam en présence des autorités locales et traditionnelles.


Par fortuné KOUASSI journaliste-radio, blogueur, web-editor, fortunekouassi@gmail.com, +225 48966108


www.citourisme.com

Published by lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
commenter cet article
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 12:57
samedi 19 mars 2016, les artistes rendent un hommage a Henrike Grohs à l'Institut Française de Côte d'Ivoire (IFCI), [Crédit photo: Fortuné KOUASSI]

samedi 19 mars 2016, les artistes rendent un hommage a Henrike Grohs à l'Institut Française de Côte d'Ivoire (IFCI), [Crédit photo: Fortuné KOUASSI]

Lundi 21 mars 2016 mise à jour Mercredi 23 mars 2016
Côte d’Ivoire : Culture/ Henrike Grohs, ce n’est qu’un au revoir !
Le samedi 19 mars 2016, des artistes, de toutes catégories confondus, ont rendu un hommage à Henrike Grohs, à l’institut français culturel. Ils sont venus pour dire un au revoir artistique à la femme débordante de culture qu’ils ont toujours connue.
Danse, théâtre, slam, conte, photographie, architecture, design, musique, club allemand du Goethe, arts plastiques et cinéma. C’est autour de ses différentes disciplines que s’est tenue la cérémonie d’hommage artistique à Henrike Grohs, organisé par les artistes ivoiriens et ses amis. Au nombre du public présent du beau monde. Il y avait des diplomates, des journalistes, des personnes connus ou pas toutes venues d’univers différents. Harmonieusement, les artistes se sont succédé sur la scène pendant que des amis proches à Henrike Grohs déposent des gerbes de fleurs.Tard dans la nuit la cérémonie prend fin sur des photos et des interviews autour de Henrike Grohs. Rappelons que Henrike Grohs, directrice du Goethe Institut, a perdu la vie durant les attentats qui ont touché Grand-Bassam ce dimanche 13 mars.
Fortuné KOUASSI, Journaliste-radio, Web editor, Blogueur, Social Manager, fortunekouassi@gmail.com Contact/cell: +225 48 966 108/ +225 02 06 5000/ add: 01 Bp 4835 abj
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 17:59
''Free jump'' exécuté par un internaute[Crédit photo; Forutné KOUASSI] pour le compte de @lepetitjournalisteivoirie

''Free jump'' exécuté par un internaute[Crédit photo; Forutné KOUASSI] pour le compte de @lepetitjournalisteivoirie

Vendredi 18 mars 2016 mise à jour Mardi 22 mars 2016

Côte d’Ivoire : Terrorisme/Grand-Bassam : Les réseaux sociaux au cœur de l’évènement

Tous les ivoiriens sans exception ont appris la nouvelle des fusillades de Grand-Bassam via internet. Les politiques, les institutions de la république, y compris le corps militaire. La presse nationale et la presse internationale. Les internautes, blogueur, social manager ou community manager, développeurs, et même le citoyen lambda. Avec l’attaque des membres d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) sur la plage de Grand-Bassam ce dimanche 13 mars, les réseaux sociaux se sont transformés en canal d’information par excellence.

Tous comme moi, nous sommes des milliers d’internautes ou pas, à suivre le déroulé des évènements de Grand-Bassam minutes après minutes. Dès les premiers instants, des internautes, sans bouger, publie et partage des images et commentaires.

C’est certainement grâce aux réseaux sociaux que les autorités ivoiriennes ont des repères sur le lieu de l’attaque et les premières descriptions des personnes qui tiraient à tous vent.

Même la presse internationale (France 24), de coutume agrippé à ses propres sources d’informations ne peut se passer des réseaux sociaux (vidéo amateur) pour étayer ses propos pendant le journal.

La presse nationale écrite quand à elle n’a fait que reprendre des informations récupérée sur le net pour en faire les choux gras de la presse à la grande satisfaction des lecteurs.

Les réseaux sociaux, tout en sachant qu’ils représentent un canal fort et puissant d’information et/ou d’alerte, ne peuvent en aucun cas remplacer les grandes institutions Étatiques. Au demeurant, il appartient à ses institutions de se doter des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour être au même niveau d’information.

Fortuné KOUASSI, Journaliste-radio, Web editor, Blogueur, Social Manager,fortunekouassi@gmail.com Contact/cell: +225 48 966 108/ +225 02 06 5000/ add: 01 Bp 4835 abj 01

14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 13:11

Dimanche 13 mars 2016 mise à jour Lundi 14 mars 2016

Côte d’Ivoire : Terrorisme/ Aqmi se signale pour la première fois en Côte d’Ivoire

Les internautes via les réseaux sociaux et la page officielle ‘’ facebook ’’ de la maison de presse France 24 donnent l’alerte sur des personnes tuées par balles après le passage d’individus armées. Grand-Bassam l’ancienne capitale de la Côte d’Ivoire et ville historique est situé à 43 kilomètres à l’est d’Abidjan. Ce dimanche 13 mars, la plage du quartier de France de la ville touristique, a été le théâtre de tirs meurtriers. Selon des témoins, trois hôtels de la plage du quartier France étaient la cible des terroristes. Les autorités militaires réagissent seulement 45 minutes après l’attaque des terroristes comme l’affirme le président ivoirien Alassane Ouattara dans sa déclaration en fin d’après midi. Le bilan officiel de cette attaque est de 22 personnes tuées, dont 14 civils, 2 éléments des forces spéciales de défenses et 6 assaillants. Ajouté a cela il y a eu 22 blessés dont 19 civils et 3 soldats. Des heures plus tard dans la soirée, un communiqué de revendication d’Al-Qaïda au Magrheb islamique (Aqmi), écrit en arabe et diffusé via l’application de messagerie instantanée Telegram, explique que trois assaillants ont pris part à l’attaque, précise Wassim Nasr, le spécialiste des réseaux sociaux, alors que le gouvernement ivoirien a, de son côté, affirmé avoir neutralisé six terroristes. (Source : France 24). C’est pour la première fois dans l’histoire de la Côte d’Ivoire, que le pays est victime d’une attaque terroriste jihadiste. Un conseil des ministres spécial se tient en ce moment même pour débattre des questions liées à la sécurité à Abidjan et aux villes alentours.

--

Fortune Kouassi, Journaliste - Web editor - Community Manager, Cote d`Ivoire, Abidjan
01 bp 48 35 Abidjan 01 fortunekouassi@gmail.com mob: +225 48 966 108 mob: +225 02 06 5000

Published by lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com - dans -terrorismeaabidjan -lepetitjournalisteivoirien -attaqueagrandbassam
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 20:05
Côte d'ivoire: ''Assure plus'', une nouvelle plateforme de cotation de produits d'assurances.

Attention ! ''Assure plus '' fait son entrée en Côte d'ivoire. ''Assure plus '' est une plateforme d’informations et de cotation de produits d’assurance axée sur la couverture des particuliers et/ou entreprises dans le domaine des assurances. ''Assure plus '', c'est un courtier en ligne qui intéragit avec les prospects via sa page d’info et/ou via les réseaux sociaux sur des questions d’usage ou d’actualité en assurance. Venez nous retrouver pour parler d'Assurance Auto-Moto-habitation, Assurance Bateaux, Assurance Santé, sur notre blog....http://assureplus.over-blog.com/ et/ou sur la page facebook..... https://www.facebook.com/Assure--269089113102507/?ref=hl http://assureplus.over-blog.com/

Published by lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
commenter cet article
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 11:57

l’artiste chanteuse interprète Braton Aguei Juliette alias Ayidissa a rendu une visite à toute l’équipe de lepetitjournalisteivoirien@over-blog situé à cocody.

Mardi 26 janvier 2016, misa à jour Mercredi 27 janvier 2016

Côte d'ivoire : Vidéo exclusive/ Interview de Ayidissa « (…) Le ‘’coupé-décalé’' (...) n'est pas l’identité musicale de la nation ivoirienne ! » Dixit Ayidissa

Son premier album en poche déjà de cela quelque temps, l’artiste chanteuse interprète Braton Aguei Juliette alias Ayidissa, a rendu une visite à toute l’équipe de lepetitjournalisteivoirien@over-blog dans ses locaux situé à cocody. Saisissant cette occasion, lepetitjournalisteivoirien@over-blog a voulu marquer le coup à travers une interview exclusive, réalisé en plein air, dans un maquis (endroit où l’on peut se désaltérer autour d’une bière, d’une sucrerie ou autres en écoutant ou non de la musique en fond sonore).

Ah Aydiissa ! , dès son premier regard vous pourriez peut-être succomber à son charme. Cela dit, dès que la jeune artiste venue des peuples ‘’Godié’’ et des peuples ‘’Néo’’ originaire de la côtière de San Pedro (ville portuaire situé au Sud-ouest de la Côte d’ivoire) fait retentir ses cordes vocales, alors là vous êtes captivé. La mélodie d’Ayidissa se conçoit autour d’instruments modernes montés sur un timbre vocal traditionnel. Voici l’intégrale de l’interview.

Fortuné KOUASSI : Bonjour madame,

Ayidissa : Bonjour monsieur,

Question/Fortuné KOUASSI : Qui êtes-vous déjà ?

Réponse/Ayidissa : Mais, moi à l’état civil, Braton Aguei Juliette,alias Ayidissa. Je suis originaire du sud-ouest de la Côte d’ivoire. Je suis ‘’Godié’’ ‘’Néo’’ donc ivoirienne. Voilà, voilà un peu, ainsi présenté Ayidissa

Question/Fortuné KOUASSI : Ayidissa qu’est-ce qu’elle fait dans la vie ?

Réponse/Ayidissa : Mais Ayidissa fait de la musique comme vous le savez déjà

Q/Fortuné KOUASSI : Depuis combien de temps avez-vous débuté la musique (votre carrière musicale) ?

R/Ayidissa : Déjà toute petite Ayidissa déjà fredonnait les chansons à l’école, à l’école primaire voilà et donc toute jeune Ayidissa a rêvé d’être une artiste.

Q/Fortuné KOUASSI : Ou cela a-t-il commencé justement ?

R/Ayidissa : Mais justement dans la ville où je suis né à San Pedro voilà. Et c’est là-bas que tout a commencé mon amour pour la musique

Q/Fortuné KOUASSI : Pourquoi vous êtes-vous lancé euh dans la musique ?

R/Ayidissa : C’est par amour et puis c’est un don de la famille parce que toute ma famille chante. C’est vrai qu’ils ne sont pas connus sur le plan musical mais toute ma famille euh … fait de la musique

Q/Fortuné KOUASSI : Donc Ayidissa n’a peut-être pas eu de difficulté, n’a pas éprouvé de difficulté à faire de la musique, les parents ne se sont pas opposés, non

R/Ayidissa : Pas vraiment sauf ma mère qui avait un tout petit peu peur parce qu’elle s’est dit que dans le milieu du ‘’showbiz’’ c’est un peu difficile pour une jeune fille qui veut faire de la musique ça sera un peu difficile voila

Q/Fortuné KOUASSI : Est-ce qu’on peut évoquer des difficultés que vous avez eues ?

R/Ayidissa : oui !

Q/Fortuné KOUASSI : Lesquelles ?

R/Ayidissa : Il y a eu d’abord le fait de rechercher un producteur, il y en n’avait pas et comme il n’y avait pas les grands moyens pour pouvoir le faire, je suis resté un tant soit peu, un peu longtemps dans l’ombre. Mais bon c’est ce que Dieu avait décidé.

Q/Fortuné KOUASSI : Mais alors comment ça s’est passé ?

Réponse/Ayidissa : J’ai eu la chance et l’honneur de rencontrer un arrangeur de mérite, Mr Edson David Tayaurot, voilà qui a voulu de par sa découverte qu’il a faite sur ma personne de m’avoir si je peux m’exprimer ainsi, a vraiment aimé m’accompagné sur ce projet-là. Et voilà ça a donné ce que vous savez

Q/Fortuné KOUASSI : Dans quel style musicale évolue Ayidissa ?

R/Ayidissa : Ayidissa fait de la musique moderne mais à forte coloration traditionnelle. Parce que je chante dans ma langue et les mélodies elles ne sont pas tradi tradi, elles sont beaucoup modernisées. Alors c’est ce mélange qui fait du Ayidissa

Q/Fortuné KOUASSI : Alors Ayidissa c’est donc des instruments modernes sur un timbre vocale traditionnel. Et qu’est-ce que ça peut donner ?

R/Ayidissa : (Acapéla) … voilà ce que ça donne

Q/Fortuné KOUASSI : Magnifique! Alors combien de titre justement porte cet album ?

R/Ayidissa : C’est un maxi-single de quatre titres. Voilà on (David) l’a décidé ensemble. Et le prochain sera un album complet. Mais d’abord pour me faire connaître du public ivoirien, on n’a voulu commencer par ce maxi-single

Q/Fortuné KOUASSI : Quel est le titre phare de ce maxi-single ?

Réponse/Ayidissa : Le titre phare c’est ‘’Digbo’’

Q/Fortuné KOUASSI : ‘’Digbo’’ qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ça veut dire ?

R/Ayidissa : ‘’Digbo’’, qui veut dire ‘’dit un mot’’. Parce que je demande à Dieu de dire un mot par apport à tous meurtrissures, toutes ses blessures, toutes ses maltraitances, toutes ses souffrances que les femmes, les enfants et les vieillards traversent pendant les crises socio-politiques dans nos pays africains. Je demande à Dieu de dire un mot pour que tout cela cesse. Je traite quand même d’autres problèmes sociaux qui font partis de la vie voilà telle que, les hommes qui maltraitent les femmes. La maltraitance conjugale moi je dis non à ça parce que la femme est le socle de la vie. La femme est la mère elle est la sœur, elle est la confidente de l’homme, alors l’homme doit prendre soin d’elle, la respecter et ne pas la battre tous les jours. Aussi je fais un clin d’œil aussi à l’amusement, il n’y a pas que la mort et tous. Il n’y a pas que les guerres on a aussi l’amusement chez nous. Alors j’invite aussi les personnes tout le monde à venir s’amuser avec Ayidissa. Parce qu’il y a aussi la joie, même quand on pleure, il y a aussi la joie qui fait partie de la vie

Q/Fortuné KOUASSI : Ayidissa, même quand on pleure, il y a aussi la joie qui fait partie de la vie. Alors quelle est votre source d’inspiration Ayidissa ?

R/Ayidissa : Ma source d’inspiration c’est ma famille. Oui c’est ma famille parce que c’est sur elle que je puise mes forces et puis les problèmes de la vie qui nous entoure. Chaque jours ce qui ce passe dans la vie, il y a beaucoup de choses qui m’inspire quoi voilà.

Q/Fortuné KOUASSI : Magnifique. Alors Ayidissa est-elle une artiste engagée ?

R/Ayidissa : Oui elle est très engagée dans la lutte contre les maltraitances conjugales et pour les enfants aussi. Parce que moi je dis que, il faut scolariser les enfants déjà mon album qui va suivre c’est surtout pour le cas des enfants non scolarisés, les jeunes filles non scolarisées. Parce que quand une fille non scolarisée est dans une ville ou quelque part, elle est un danger pour elle-même et un danger pour les autres. Alors moi j’exhorte les parents à le faire parce que ne pas le faire c’est un délit.

Q/Fortuné KOUASSI : En quoi la fille est-elle un danger ?

R/Ayidissa : Oui si elle n’est pas scolarisée, elle est un danger parce qu’elle se dira que puisqu’elle n’est pas allé à l’école, elle n’a pas de diplôme. Et donc il lui faudra avoir deux, trois mecs pour subvenir à ses besoins. Et la toute suite le SIDA rentre sur le lieu et quand elle est infectée, elle va infecter d’autres personnes. Alors déjà c’est un danger public voilà. Et si elle ne s’est pas s’exprimer elle pourra mélanger du savon à autre chose puisqu’elle ne peut pas lire les notices. Ça fera un autre danger. Alors donc j’exhorte les parents vivement qu’ils scolarisent leur fille et même les garçons aussi.

Question/Fortuné KOUASSI : En dehors de la chanson Ayidissa porte-elle des actes sociaux ?

Réponse/Ayidissa : Oui je suis orpheline de père et de mère. Et donc un tant soit peu quand des personnes qui sont vulnérable comme moi sont dans le besoin et que je peux le faire je le fais. Et je prie Dieu d’avoir les moyens nécessaires pour pouvoir pourquoi ouvrir une fondation pour m’occuper des enfants des orphelins des orphelines

Question/Fortuné KOUASSI : C’est très bien noté. Alors déjà qu’est-ce que Ayidissa pense de la musique ivoirienne ? Est-ce que cette musique ivoirienne a atteint un niveau satisfaisant ? Est-ce que la musique ivoirienne est assez professionnalisée ? Un mot la dessus.

Réponse/Ayidissa : Moi je dis que la musique ivoirienne a pris son envol il y a de cela des années et il y a eu un moment où il y a eu une cassure. Les chanteurs à voix ont disparu, les chanteuses à voix ont disparu. Et il y a eu le ‘’coupé-décalé’ ’qui a fait son apparition. C’est une musique qui en mon sens, a beaucoup d’avenir mais n’est pas l’identité musicale de la nation ivoirienne. Et donc voilà je me dis que la musique ivoirienne a régressé un tout petit peu, parce qu’on a plus misé sur les boîtes à rythme voilà parce qu’on a oublié le ‘’live’’ et tous mais je pense que il commence à se ressaisir et ça commence à venir. Vraiment je tire mon chapeau aussi à tous ceux qui font la promotion de la musique ivoirienne. Je leur demande de, encore doubler d’effort, parce que le chemin est long ce n’est pas encore fini. Et nous qui venons d’arriver on a beaucoup besoin de leur soutien. Et besoin de savoir que la musique ivoirienne, le ‘’live’’ va reprendre le dessus.

L’interview réalisée par notre reporter Fortuné KOUASSI.

Fortuné KOUASSI

Journaliste-radio, Web editor, Blogueur, Social Manager, fortunekouassi@gmail.com Contact/cell:+225 48 966 108 / +225 02 06 5000 / add: 01 Bp 4835 abj 01

Published by lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
commenter cet article
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 20:54

Pr AÏDARA Daouda, Président de l'ASCAD, jeudi 21 janvier 2016 une table ronde à l'Ecole Normale Supérieure d'Abidjan (ENS), situé dans l'enceinte de l'UFHB, autour de la thématique « Contribution des Lettres et Sciences Humaines au Développement national » Crédit]

Jeudi 21 Janvier 2016 mise à jour samedi 23 janvier 2016

Les termes nouveaux tels que ‘’globalisation’’ ou ‘’émergence’’, des expressions venues de l’occident, devraient prendre en compte tous les aspects de nos sociétés africaines avant d’être adopté afin d’éviter les dérives que nous connaissons. L’ex ministre de la santé dira d’ailleurs que « (…) Devant l’arrivée de concepts nouveaux, il faut réfléchir » dixit le Dr NDRI YOMAN. Pourquoi réfléchir eh bien tout simplement parce que l'acceptation sans fondement de ses concepts entraine, la majeur partie du temps, la perte de nos propres valeurs au profit de valeurs qui sont les leurs. C’est pour palier à ce manquement que Les LETTRES ET SCIENCES HUMAINES de L'ACADEMIE DES SCIENCES, DES CULTURES, DES ARTS, D'AFRIQUE ET DES DIASPORAS AFRICAINES (ASCAD) ont organisé ce jeudi 21 janvier 2016 une table ronde à l'Ecole Normale Supérieure d'Abidjan (ENS) autour de la thématique « Contribution des Lettres et Sciences Humaines au Développement national ». Autrement dit comment les Lettres et Sciences Humaines peuvent-ils, si oui, faire des propositions concrètes pouvant nous permettre d’embrasser le développement avec sérénité? Ou encore comment transformer la société actuelle de consommation en société de conception ?

Après le mot introductif du Pr KOUAKOU N'Guessan François, Modérateur, l'allocution du Secrétaire d'Académie le Pr KOMENAN A. Landry et enfin celle du Pr AÏDARA Daouda, des communications, ponctuées par un déjeuner, étaient au cœur des échanges. En première partie des travaux, '' Pourquoi recadrer la problématique des sciences humaines en Côte d'ivoire ? ''La question a été abordé par le Pr HAUHOUOT. '' Le rôle des sciences sociales et humaines dans la dynamique du développement en Côte d'ivoire '' était l'affaire du Pr KOUAKOU N. François. La première partie des travaux s’est achevée avec le Pr SERY Bailly qui abordait le sous-thème '' Capital-lettre en Côte d'ivoire: Présence et perspectives ''. De retour de la pause repas marquant la deuxième partie des travaux '' Pour une philosophie du développement '' était le sous-thème abordé par le Dr Rosine GAHE-GOHOUN. '' Les sciences de l'Education, sciences de l'Equité sociale et du Développement durable '' lui était abordé par le Pr FADIGA Kanvaly. '' Philosophie et Développement: questions politiques '', ce sous-thème était développé par le Pr KOMENAN A Landry.

A tous ceux qui doute de la contribution consécutive des Lettres et Sciences Humaines dans le développement de la société, le Pr AÏDARA Daouda, Président de l’ASCAD répond par l’affirmative '' Nos amis littéraires et artistes (...) ont apporté une contribution significative dans le développement de ce pays qu'il ne faut pas négliger ''.Le Président de l'ASCAD exhorte par conséquent nos dirigeants à prendre connaissance de la convergence qui existe entre le développement économique et le développement culturelle dans le développement de notre pays.

Synchrone......................................................................................................................................................Pr

AÏDARA Daouda Président de l'ASCAD...........................................................................................

Fortuné KOUASSI

Journaliste-radio, Web editor, Blogueur, Social Manager,

fortunekouassi@gmail.com Contact/cell: 225 8 966 108/ +225 02 06 5000/ add: 01 Bp 4835 abj 01

Published by lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
  • Le blog de lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens