Non catégorisé

Samedi 16 juillet 2011 6 16 /07 /Juil /2011 22:17

Menaces sur les examens scolaires : Les fondateurs exigent plus de 46 milliards

Publié le samedi 16 juillet 2011   |  Nord-Sud



Activites
© Ministères par DR
Activites gouvernementales: Le ministre du Commerce, Dagobert Banzio visite l’Ecole de Commerce et de Gestion (ECG)
Lundi 27 juin 2011. Abidjan. Ecole de Commerce et de Gestion (ECG), Marcory zone 4. Le ministre Dagobert Banzio a eu une importante séance de travail avec le Directeur Général, M. Koné Adama et le personnel enseignant



Vos outils
height=28

PARTAGEZ
 
 

 


Videos


Éducation Nationale : Annonce officielle des dates des examens de fin d'année 2011
- TCI - 29/6/2011

Les fondateurs d’écoles privées, laïques et confessionnelles menacent de fermer leurs locaux aux examens de fin d’année. Pour ne pas en arriver-là, ils exigent de l’Etat l’apurement des frais de scolarité qui leur sont dus pour l’année 2010. Cette somme qui s’élevait à 51 milliards est passée à 46,850 milliards de F Cfa, après que le président de la République a décaissé expressément 4 milliards de F Cfa. L’information a été livrée, vendredi, aux Deux-Plateaux, lors d’une conférence de presse animée par le porte-parole de la coordination des associations d’établissements privés d’enseignement supérieur et secondaire, Tiémoko Gohidé. Il ajoute que les enseignants, qui souffrent également des conséquences de cette dette, pourraient de même boycotter les examens. Soit en confisquant les livrets scolaires, soit en étant vulnérables aux tentatives de corruption. Ce qui va fortement dégrader la valeur des diplômes. Le porte-parole des créanciers regrette l’indolence des nouvelles autorités sur la question. « Nous n’avons aucune réponse en face depuis le 26 avril. Il n’y a pas eu de négociations et on nous a balancé 4 milliards », s’indigne Tiémoko G. Il relève que, déjà, 1/3 des écoles privées a fermé pour absence d’enseignants. Globalement, l’Etat doit 145,8 milliards de F Cfa aux fondateurs, si on tient compte des passifs de 2004 à 2009 estimés à 44,850 milliards et des encours du budget 2011 qui s’élèvent à 54,100 milliards. L’enseignement privé regroupe 800 écoles conventionnées.

Nesmon De Laure

Par lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 16 juillet 2011 6 16 /07 /Juil /2011 22:16

Diakité Coty en visite au centre-émetteur d’Abobo : “La télé sera sur toute l’étendue du territoire”

Publié le samedi 16 juillet 2011   |  Nord-Sud



Activités
© Ministères par DR
Activités gouvernementales: le ministre de la Communication, Diakité Souleymane Coty reçoit le Fonds de soutien et de développement de la presse (FSDP)
Mardi 21 juin 2011. Abidjan. Le Ministre de la communication, Diakité Souleymane Coty (photo), a reçu le Fonds de soutien et de développement de la presse (FSDP)



Vos outils
height=28

PARTAGEZ
 
 

 


Videos


Prise en charge des victimes de la crise post-électoral: La ministre de la famille, de la femme et de l'enfant Raymonde Goudou Coffie a échangé avec une délégation du personnel de la santé
- TCI - 14/7/2011

« Le gouvernement s’active pour que le centre puisse émettre sur toute l’étendue du territoire national. Nous allons réhabiliter les bâtiments et remplacer le matériel. Avec l’espoir et de la bonne volonté, tout va rentrer dans l’ordre », a annoncé, hier, le ministre de la Communication, Souleymane Diakité Coty lors d’une visite au centre-émetteur d’Abobo, derrière-rail. La télé pour tous les Ivoiriens a une note salée. Selon le directeur de la diffusion, N’Doua Bruno, la remise en fonction du centre-émetteur s’élève à environ un milliard Fcfa en tenant compte du coût des appareils (émetteurs et matériel technique) mais aussi de la réhabilitation des locaux. Aussi, a-t-il noté des avancées avec l’avènement d’un émetteur de 5 kg pour Télé Côte d’Ivoire (Tci), deux émetteurs respectivement pour Radio Côte d’Ivoire, la voix du rassemblement. A cette visite, le ministre était accompagné du directeur général de la Rti, Brou Aka Pascal et de Léonard Pohi, chef du centre émetteur de Taï qui a profité de l’occasion pour évoquer la situation alarmante de sa structure.

S.A.

Par lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 16 juillet 2011 6 16 /07 /Juil /2011 22:13

Situation sociopolitique - 3 nouveaux mandats d’arrêt internationaux lancés - L’ex-DG du Trésor sur la liste

Publié le samedi 16 juillet 2011   |  Soir Info



Manifestants
© AP
Manifestants Pro-Gbagbo devant le ministère français de la Défense à Paris, le jeudi 7 avril 2011 pour condamner l`intervention militaire française à Abidjan



Vos outils
height=28

PARTAGEZ
 
 

 


Videos


Charles Blé Goudé : Il y a eu une justice à double vitesse
- RFI - 4/7/2011

Le Procureur de la République près le Tribunal de première instance d’Abidjan Plateau vient de lancer trois(3) nouveaux mandats d’arrêt internationaux contre des personnalités de l’ancien régime, dont Mme Djédjé Mama, ex-Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique. Cette information a été livrée dans un communiqué de presse du Parquet en date du 15 juillet 2011. Relativement aux crimes de sang, le Parquet a indiqué que, dans le souci de permettre au nombre particulièrement élevé de victimes de cette catégorie d’infractions, ainsi qu’aux ayants-droit de saisir la justice, il a été décidé depuis mardi 12 juillet 2011, la création d’une « cellule spéciale d’enquête sur la crise post-électorale». Cette cellule, selon le communiqué de presse, est opérationnelle, et a aménagé dans ses propres locaux sis aux II Plateaux 7ème tranche, non loin de l’administration de l’Université de Bouaké délocalisée à Abidjan. ‘’Des magistrats, des officiers de police judiciaire et le personnel de la cellule se tiennent à la disposition des Ivoiriens, des victimes et de tout sachant pour recevoir et enregistrer les informations, témoignages ou plaintes relatifs aux crimes de sang perpétrés durant la crise post-électorale’’, note le texte. Le Parquet a informé officiellement l’opinion nationale et internationale de ce que, 25 personnes inculpées et provisoirement gardées à l’hôtel ‘’La Pergola’’ d’Abidjan ont été effectivement transférées à la maison d’Arrêt et de Correction de Boundiali. Concernant l’enlèvement de Yves Lambelin et ses compagnons, le Substitut du Procureur Dje Noël a fait remarquer que ‘’les enquêtes ont permis de découvrir le 11 Juillet 2011, dans la lagune sur indication de témoins, des ossements humains. Des analyses sont en cours pour voir s’il s’agit de ceux de l’une des personnes enlevées’’. Le Parquet a rappelé à tous que dans le cadre de cette procédure, 10 personnes ont déjà été inculpées et placées sous mandat de dépôt. Il s’agit de 4 miliciens, 5 militaires de la Garde Républicaine et d’un Commissaire de police. En plus, sur l’enlèvement du Colonel major à la retraite Dosso Adama, le parquet a indiqué que ‘’les investigations se poursuivent. Lundi 11 juillet 2011, deux mandats d’arrêt ont été lancés contre deux sous-officiers de la Garde Républicaine contre lesquels existent des indices graves et concordants de participation aux faits’’. Rappelons que le parquet a expliqué que le mandat d’arrêt international est une mesure judiciaire, c’est-à-dire qu’elle est prévue par la loi, notamment, l’article 120 du code de procédure pénale. C’est l’ordre donné à la Force publique d’avoir à rechercher une personne contre laquelle existent les indices graves et concordants de sa participation aux faits et à la conduire devant les autorités judiciaires. Lorsque cette personne se trouve hors des limites du territoire de la République, on parle de mandat d’arrêt international. Il est établi par le Juge d’Instruction qui le transmet en vue de son exécution, au Procureur de la République qui, à son tour, le transmet au ministre de la Justice qui se charge des démarches subséquentes.

K.A.Parfait

Par lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 16 juillet 2011 6 16 /07 /Juil /2011 22:11

Après la mutinerie de mars et juin derniers: 566 militaires burkinabé radiés

Publié le samedi 16 juillet 2011   |  Notre Voie



Situation
© Reuters
Situation en Côte d`Ivoire : Sommet d`urgence de la CEDEAO à Abuja (Nigeria)
Vendredi 24 décembre 2010. Abuja (Nigeria). Photo: Le President du Burkina Faso SEM Blaise Compaore (droite) et le President du Nigeria SEM Goodluck Jonathan



Vos outils
height=28

PARTAGEZ
 
 

 

Au total, 566 militaires ont été rayés des effectifs de l’armée burkinabé sous l’accusation d’avoir pris part entre mars et juin à une série de muniteries à Ouagadougou et dans plusieurs régions du Burkina Faso, a annoncé jeudi au cours d’une conférence de presse le chef d’Etat-major de l’armée burkinabè, le général Nabaré Honoré Traoré.
Selon le général Traoré, sur les 566 militaires 217 ont fait l’objet de procédures judiciaires et en attendant d’être traduits en justice ils ont été internés à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO).
Pour le reste, la radiation est effective depuis le 7 juillet dernier, a dit le général Traoré, précisant que les militaires radiés sont des soldats de rang dont quelques éléments du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP).
Rébellion, désertion, révoltes, pillages, vols, destruction de biens, désobéissance, sont entre autres, les accusations retenues contre les soldats radiés.
‘’Il n’y a pas pour le moment, d’officiers parmi les radiés’’, a précisé le chef d’Etat-major, avant d’ajouter que l’enquête se poursuit pour démasquer tous les fautifs.
La sanction concerne toutes les garnisons du pays où il y a eu des mutineries, mais la plupart des militaires arrêtés sont issus de la garnison de Bobo-Dioulasso (177 soldats). 18 militaires seulement de Ouagadougou, la capitale, sont pour l’instant, sanctionnés.
De l’avis du général Honoré Nabaré Traoré, le contrat liant les soldats de rang à l’armée burkinabè est renouvelable chaque quatre ans et peut être rompu en cas de faute grave.
Interrogé sur les éventuelles conséquences que représente la radiation des militaires, le général s’est voulu rassurant, assurant que toutes les mesures seront prises pour éviter les risques. Il n’a toutefois pas précisé la nature des mesures arrêtées.
Les mutineries militaires au Burkina Faso se sont déroulées durant les mois de mars, avril, mai et juin derniers, faisant de nombreux dégâts dont des pertes en vies humaines, des pillages de boutiques, des agressions de personnes, des destructions de biens publics et privés.
Pour le chef d’Etat major de l’armée burkinabé, ‘’de tels actes ont porté un coup sérieux à l’image de la hiérarchie militaire et cela ne pouvait rester sans sanction’’.

Source :
APA-Ouagadougou (Burkina Faso)

Par lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 16 juillet 2011 6 16 /07 /Juil /2011 22:09

Bouaké : 99 Imams invoquent la main de Dieu pour le succès du mandat du Président Alassane Ouattara

Publié le samedi 16 juillet 2011   |  Ivoire-Presse



Contestations
© L'intelligent d'Abidjan par Guy Lasme
Contestations électorales : Mme Faber (CGLP) en appelle à la vigilance des représentants des candidats
Mercredi 4 novembre 2010. Bouaké



Vos outils
height=28

PARTAGEZ
 
 

   


Videos


Visite du Président Alassane Ouattara à la famille endeuillée du Feu Colonel Dosso Adama
- TCI - 9/7/2011

Célébrer à Bouaké la libération de la Côte d’Ivoire par une fête populaire, mais aussi et surtout pour confier à Dieu les processus de réconciliation nationale et de reconstruction post-crise qui sont les axes prioritaires du mandat du président Alassane Ouattara, ce sont là les objectif des trois jours de prière et de fête populaire initiés par Mme Maimouna Koné Faber. Le ton de ces activités de la Coordination générale de lutte contre la pauvreté (Cglp) a été donné hier vendredi 15 juillet 2011 à la mosquée Djamourou Congo de Bouaké par une prière spéciale de bénédiction pour la consolidation du nouveau pouvoir. Dans cette perspective, quatre vingt dix neuf (99) Imams s’y sont réunis avec leurs talibés. Sous la houlette de leur pair El Hadj Konaté Mamadou, ils ont procédé à la lecture intégrale du saint coran. Objectif : invoquer Allah afin que son onction guide ces deux processus en vue d’un succès éclatant du mandat du Chef de l’Etat et des activités de son gouvernement piloté par le premier ministre Guillaume Soro. « Le combat de l’élection du président Alassane Ouattara et celui de la reconnaissance de sa victoire sont aujourd’hui gagnés. Il faut œuvrer maintenant à la réussite de son mandat. Nous sommes venus solliciter l’onction divine à cet effet », a justifié Maïmouna Faber. Se réjouissant de cette initiative, l’Imam principal de la mosquée Djamourou a félicité Mme Faber pour sa clairvoyance et a invité tous les Ivoiriens à demeurer dans la foi comme ce fut le cas pendant la crise postélectorale. Ce qui permettra de renoncer à la vengeance. Et à accorder le pardon en vue d’un meilleur vivre ensemble dans la diversité. Et non plus dans l’adversité. Le dignitaire musulman a également exhorté ses coreligionnaires qui ont pris part massivement à cette prière à être des modèles en adoptant un comportement de nature à créer la cohésion. La cérémonie s’est achevée par l’immolation d’un bœuf.

Edgar Kiouassi

 

Par lepetitjournalisteivoirien.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés